L’espagnol rural de la Péninsule
Ibérique étudié dans une
perspective grammaticale: le
nouvel apport du “Corpus Oral
et Sonore de l’Espagnol Rural”
(COSER)
Inés Fernández-Ordóñez
Universidad Autónoma de Madrid
[avec la collaboration de Enrique Pato
University of Western Ontario]
DÉSCRIPTION du COSER
• Corpus dialectal: informants rurals, si possible
agés, à peine scolarisés et originaires du lieu.
• 1.140 informants, dont:
• Hommes:
• Femmes:
• Total:
489 (42.8%)
651 (57.1%)
1.140
• Âge moyen: 72,5 ans.
• Près de 800 heures d’enregistrements depuis 1990.
• 636 localités rurales du centre et nord de l’ Espagne.
MÉTHODOLOGIE du COSER
• Enquêtes sociolinguistiques sur la vie traditionnelle
de la campagne, questionnaire semi-dirigé.
• 1.140 informants enregistrés dans 636 localités. On
essaie d’enquêter une seule personne par localité avec
la rigueur nécessaire.
• Duration moyenne des entrevues, enrégistrées par
cassete / numériquement: 75 minutes.
APPORTS du COSER
• Il permet de
linguistique:
rechercher
la
distance
Entre des parlers ruraux d’aires différentes
(complémentaire des atlas linguistiques).
Entre le parler urbain et le parler rural
(complémentaire des autres corpus hispaniques qui
étudient le parler urbain).
• Corpus dedié à la variation grammaticale.
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
Le COSER permis la découverte de plusieurs
paradigmes pronominaux, régis par catégories
grammaticales différentes de celles qui sont
pertinentes dans l’usage normatif, et dont on ne
connaîssait que certains emplois qu’on
interprétait mal comme des déviations de
l’usage géneral (Fernández-Ordóñez, 1994,
1999, 2001).
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
Dans l’usage standard le paradigme pronominal de
l’espagnol le plus répandu c’est le suivant:
Masculin
Féminin
Accusatif
lo
la
Datif
le
le
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
Masculin
Féminin
Accusatif
lo
la
Datif
le
le
Dans ce paradigme on emploie lo pour l’accusatif-masculin:
(1) A Juan lo veo
“Jean, je le vois”
(2) El libro te lo regalo
“Le livre, je te le offre”
(3) El vino lo bebo
“Le vin, je le bois”
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
Masculin
Féminin
le
le
la
le
Accusatif
Datif
Mais depuis longtemps on avait constatée la existence d’un usage
alternatif: le leísmo:
(4) A Juan le veo
“Jean, je le vois”
(5) El libro te le regalo
“Le livre, je te le offre”
Pourtant, d’autres objets restent toujours sans leísmo:
(6) El vino lo bebo
“Le vin, je le bois”
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
Masculin
Féminin
Accusatif
lo
la
Datif
le
le
D’autre part le datif est toujours le dans l’usage standard, même si
l’objet indirect est féminin:
(7) A Juan le doy un libro “À Jean, je lui donne un livre”
(8) A María le doy un libro
“À Marie, je lui donne un livre”
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
Accusatif
Datif
Masculin
le
le
Féminin
la
la
Mais dans certaines varietés vernaculaires avec leísmo on trouve
une autre variante non-standard: l’emploi de la pour le datif
féminin, le laísmo. Ainsi, au lieu de
(9) A María le doy un libro “À Marie, je lui donne un livre”
On trouve laísmo:
(10) A María la doy un libro “À Marie, je lui donne un livre”
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
On croyait que dans ces varietés vernaculaires le paradigme
pronominal serait le suivant, où il n’existerait plus l’opposition
entre l’accusatif et le datif (les usages non-standard en bleu et
orange, et l’usage identique au standard et géneral en vert):
Accusatif
Datif
Masculin
le
le
Féminin
la
la
Mais cette thèse ne peut pas expliquer pourquoi on ne trouve
jamais leísmo avec des objets comme vino:
(11) *El vino le bebo
“Le vin, je le bois”
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
L’étude des parlers ruraux (faite avec les enregistrements du
COSER) nous laisse découvrir que le paradigme pronominal
avec leísmo et laísmo est beaucoup plus complexe, puis que il
ajoute une autre catégorie grammaticale: l’opposition entre
les objets comptables et non comptables.
Comptable
Non
comptable
Masculin
Féminin
Accusatif
le
la
lo
Datif
le
la
lo
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
Comptable
Non
comptable
Masculin
Féminin
le
le
la
la
Accusatif
Datif
lo
lo
Ce paradigme explique pourquoi on ne trouve le leísmo qu’avec
certains objets directs masculins: ceux qui sont comptables.
(12) A Juan le veo
“Jean, je le vois”
(13) El libro te le regalo
“Le livre, je te le offre”
Mais pas si les objets sont interprétés comme non comptables:
(14) El vino lo bebo / (15) *El vino le bebo “Le vin, je le bois”
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
Comptable
Masculin Féminin
Accusatif
le
la
Datif
le
la
Non comptable
Masculin
Féminin
lo
lo
lo
lo
Ce paradigme nous montre aussi que le leísmo et le laísmo ne sont
pas les seules écarts face à l’usage standard, mais qu’il y a d’autres
emplois dialectaux que n’avaient guere été observés. Ainsi lo c’est le
pronom employé pour tous les objets non comptables, masculins ou
féminins. Avec l’emploi identique au standard:
(16) El vino lo bebo
“Le vin, je le bois”
On trouve, donc, l’usage dialectal:
(17) La lana lo vendo
“La laine, je la vends”
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
Comptable
Masculin Féminin
Accusatif
Datif
le
le
la
la
Non comptable
Masculin
Féminin
lo
lo
lo
lo
De plus, ce paradigme permet de prouver que la perte de la catégorie
du cas a lieu aussi avec des objets non comptables, puisque lo c’est le
pronom élu pour le datif:
(18) Al vino lo echan de todo
“Au vin, ils y ajoutent n’importe quoi”
(19) A la lana lo dan palos
“À la laine, ils y donnent des coups”
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
Résumé provisoire:
•
En considérant le leísmo et le laísmo comme des
déviations pronominales, les monographies dialectales et
les atlas linguistiques ne offrent qu’une vue partielle
d’un systéme alternatif de sélection pronominale, où
chaque pronom est toujours choisi selon des regles
linguistiques cohérentes, ce qu’on voit d’après: COSER.
•
En plus, le COSER permet de connaître l’extension
géographique d’emplois dialectaux longtemps cachés ou
ignorés dans les atlas. Par exemple, l’usage de lo pour des
objets non comptables féminins (Fernández-Ordóñez
2005):
Exemple de l’apport fait à l’étude de la variation
grammaticale: les paradigmes pronominaux
DES AVANTAGES DU COSER SUR LES
ATLAS LINGUISTIQUES POUR L’ÉTUDE
DE LA VARIATION GRAMMATICALE
1. Le COSER permet de rechercher les variantes
minoritaires d’une variable grammaticale.
2. Donc il permet une quantification plus précise des
données dialectales.
Par exemple: on peut mesurer l’usage de lo pour des objets
non comptables féminins et perfectionner la carte précédente:
Exemple d’une variante grammaticale minoritaire cachée dans les
atlas linguistiques
Au nord de l’Espagne on connaît l’emploi dialectal du conditionnel
(variante dialectale majoritaire) ou de l’ imparfait de l’indicatif
(variante dialectale minoritaire) au lieu de l’imparfait du
subjonctif (variante standard).
Exemple:
(20) Las costillas y todas esas cosas se metían en ollas para que se
conservarían
“Les côttelettes et tout ça on les mettait dans marmites pour les conserver”
(21) Se las colgaba en la cocina o en una habitación, o como
fuera... que las diera un poco el sol, para que estaban más
buenas [las morcillas]
“On les accrochait dans la cuisine ou dans une chambre ou n’importe oú ...
pour qu’ils reçoinent la lumière, pour qu’ils devienent meilleurs [les
boudins noirs]”
Exemple d’une variante grammaticale minoritaire cachée dans
les atlas: le conditionnel et l’imparfait d’indicatif au lieu de
l’imparfait de subjonctif
Si on compare les données des atlas linguistiques
régionaux de la Péninsule Iberique, ALEANR (Atlas
Lingüístico y Etnográfico de Aragón, Navarra y
Rioja), ALECAN (Atlas Lingüístico y Etnográfico
de Cantabria), ALCyL (Atlas Lingüístico de Castilla
y León), avec les données du COSER, on trouve que
la variante dialectale majoritaire (le conditionnel) est
assez bien décrite dans toutes les cartes, qui se
ressemblent (Pato 2004):
Exemple d’une variante grammaticale minoritaire cachée dans les atlas: le
conditionnel et l’imparfait d’indicatif au lieu de l’imparfait de subjonctif
Exemple d’une variante grammaticale minoritaire cachée dans les atlas: le
conditionnel et l’imparfait d’indicatif au lieu de l’imparfait de subjonctif
Exemple d’une variante grammaticale minoritaire cachée dans
les atlas: le conditionnel et l’imparfait d’indicatif au lieu de
l’imparfait de subjonctif
Mais si on compare les données des atlas linguistiques
régionaux avec les données du COSER à propos de la
variante dialectale minoritaire (l’imparfait de l’indicatif),
on trouve que cette variante est presque inexistante dans
les cartes des atlas, bien que elle existe partout dans les
données du COSER (Pato 2004):
Exemple d’une variante grammaticale minoritaire cachée dans les atlas: le
conditionnel et l’imparfait d’indicatif au lieu de l’imparfait de subjonctif
Exemple d’une variante grammaticale minoritaire cachée dans les atlas: le
conditionnel et l’imparfait d’indicatif au lieu de l’imparfait de subjonctif
Donc COSER permet de mesurer de façon plus précise l’usage
dialectal décrit et perfectionner les cartes précédentes:
DES LIMITATIONS DU COSER FACE AUX
ATLAS LINGUISTIQUES POUR L’ÉTUDE
DE LA VARIATION GRAMMATICALE
En revanche, le manque de contrôle absolu sur
les données obtenues dans l’enquête fait que l’on
peut être sûr de ce qu’on documente, mais que
l’on ne peut avoir aucune certitude sur ce qu’on
n’a pas enregistré (Heap 2003). De ce point de
vue-ci, le questionnaire des atlas (où il doit y
avoir toujours une réponse pour chaque lieu) est
parfois préférable à l’enquête sociolinguistique,
même si celle-ci a eté semi-dirigée par
l’enquêteur.
DES AVANTAGES DU COSER SUR
D’AUTRES CORPUS ORAUX
HISPANIQUES
Une sélection des enregistrements du
COSER (et les transcriptions) sont offerts
sur l’Internet:
http://www.uam.es/coser
Références
Fernández-Ordóñez, Inés (1994): "Isoglosas internas del castellano. El sistema
referencial del pronombre átono de tercera persona", Revista de Filología
Española, LXXIV: 1, 71-125.
Fernández-Ordóñez, Inés (1999): "Leísmo, laísmo y loísmo", en Ignacio
Bosque y Violeta Demonte (dirs.), Gramática Descriptiva de la Lengua
Española, Colección "Nebrija y Bello" de la Real Academia Española, 3 vols.,
Madrid, Espasa Calpe, vol. I, cap. 21, 1317-1397.
Fernández-Ordóñez, Inés (2001): "Hacia una dialectología histórica.
Reflexiones sobre la historia del leísmo, el laísmo y el loísmo”, Boletín de la
Real Academia Española, LXXXI, 2001, 389-464.
Fernández-Ordóñez, Inés (dir) (2004): Corpus oral y sonoro del español rural:
http://www.uam.es/coser
Fernández-Ordóñez, Inés (2005): “El neutro de materia en Castilla”
(manuscrit).
Références
Heap, David (2003): "Secuencias «invertidas» de clíticos: un cambio (¿?) en
tiempo real", en José Jesús de Bustos y José Luis Girón Alconchel (eds.), Actas
del VI Congreso Internacional de Historia de la Lengua Española (Madrid, 29
de septiembre-3 de octubre de 2003), Madrid, Gredos, (en prensa).
Pato, Enrique (2003): “Contextos neutralizadores de la oposición modal y
relaciones de alomorfismo desde el español medieval: Las formas cantase,
cantara y cantaría”, Moenia, 9, 2003, 223-252.
Pato, Enrique (2004): La sustitución de cantara/ cantase por cantaría/ cantaba
(en el castellano septentrional peninsular), Madrid, Universidad Autónoma de
Madrid, http://www.uam.es/coser.
Descargar

lo - Universidad Autónoma de Madrid