BOOK PRESSE
MARS- AVRIL 2014
LES THÈMES TRAITES
MARQUES
Accéder aux articles
MARCHE-CONSO
Accéder aux articles
ENSEIGNES
Accéder aux articles
PRODUIT
Accéder aux articles
SECURITE
Accéder aux articles
PUERICULTURE
 Accéder aux articles
MARQUES
Nom du support
Actukids
Actubaby
Titre de l'article
Mattel fait l’acquisition de Méga Brands pour 460 M$
Fisher Price
Mattel associe l’image de Barbie au site communautaire pour
Actukids
filles Stardoll
Libération Next Lego et les couleurs
Lego pourrait lancer des modèles à imprimer soi-même avec des
Economie Matin
imprimantes 3D
Les affaires.com Mega Brands: les profits fondent avant sa vente à Mattel
Dorel annonce une baisse de -4,6% de son chiffre d’affaires réalisé
Actubaby
sur le marché mondial de la puériculture
Actubaby
Sauthon
Le figaro.fr
Lego-Playmobil, les nouvelles têtes de l'art
L’institut des mamans et la fédération Jouet-Puériculture
Actukids
s’associent afin d’instaurer un baromètre Jouet
Leapfrog continue d’exploiter le succès de sa tablette LeapPad et
Actukids
lance le LeapPad 2+, entièrement personnalisable
Guillaume Innocenti remplace Pierre Laura à la tête d’Hasbro
LSA
France
CB News
Guillaume Innocenti DG d’Hasbro
Mattel élargit son offre avec l’acquisition de la société de jouets
Actubaby
Méga Brands
Une PME tricolore détrône Hasbro sur le marché français des jeux
M Economie
de société
LSA
Guillaume Innocenti: Directeur général d’Hasbro France
France Info
Asmodee joue et gagne!
Hasbro se donne les moyens de garder Furby sur les premières
Actukids
marches des ventes de jouets 2014
La presse.ca
Mega Brands: 74 millions à partager après la vente à Mattel"
Actukids
FJP
Actukids
Nomination Lansay
Euronews
Playmobil, la marque allemande de jouets, fête ses quarante ans
France 3
40 ans d'histoire "Playmobil" au musée du jouet
Bourse.com
Mattel : dans le rouge au premier trimestre
Bourse.com
Hasbro : solide rentabilité
Rétail Détail
Les jouets pour filles stimulent le bénéfice de Hasbro
Lego regroupe tout son contenu rédactionnel sur une plateforme
Actukids
numérique unique baptisée Legocréativité
Sony Pictures Entertainment et Mattel vont réaliser un film en
Actukids
live dont Barbie sera l’héroine
Lego élargit son offre avec Juniors, une gamme pour les 4-7 ans
Actukids
positionnée entre les gammes Duplo et Classique
Retour à
la liste de
thèmes
Date de parution
03-Mars
03-Mars
04-Mars
04-Mars
04-Mars
05-Mars
10-Mars
17-Mars
18-Mars
19-Mars
19-Mars
21-Mars
22-Mars
24-Mars
25-Mars
25-Mars
26-Mars
31-Mars
02-Avril
7-Avril
10-Avril
10-Avril
14-Avril
17-Avril
21-Avril
22-Avril
24-Avril
29-Avril
30-Avril
Retour à ma liste d’articles
03-MARS -2014
Retour à ma liste d’articles
03-MARS-2014
Retour à ma liste d’articles
04-MARS 2014
Retour à ma liste d’articles
04-MARS-2014
Lego et les couleurs
CINÉMA
Carton au box-office, l’adaptation satirique de l’univers du numéro 2
mondial du jouet illustre l’explosion des franchises à Hollywood.
Oui, c’est une surprise, oui nous sommes désolés de ne pas l’avoir affirmé
plus tôt : The Lego Movie est un bon film d’animation. Il est malin, drôle,
grossier, efficace, bien fichu et parfaitement réalisé. Cela ne l’empêche pas
d’être un peu moche, mais ce serait lui faire une querelle d’esthètes déplacée
que d’insister sur ce point.
Sorti en France sous un titre qui nous plaît beaucoup moins, la Grande
Aventure Lego, le film est le fruit d’une synergie particulièrement heureuse et
fertile entre, d’une part, Phil Lord et Chris Miller, véritables géniteurs d’un
projet qu’ils ont coécrit et coréalisé, et, d’autre part, la licence Lego, avec
laquelle la Warner entretient des liens étroits via la production de dessins
animés et de jeux vidéo, tous baignés dans l’univers de la petite brique en
plastoc.
Olivier SÉGURET
Retour à ma liste d’articles
04-MARS-2014 1/2
LEGO pourrait lancer des modèles à
imprimer soi-même avec des
imprimantes 3D
Par Redac Ecomat
LEGO pourrait lancer ses propres modèles à imprimer en 3D mais pour
l'instant le prix d'environ 2 000 euros de ces machines est un frein au projet.
cc/flickr/Solo
Si elle n’est pour l’instant pas encore à la portée de tout le monde, tout
le monde sait que l’impression 3D sera dans le futur ce que les
imprimantes maison ont été : une véritable révolution. Une révolution
que ne pouvait pas rater LEGO qui s’intéresse de plus en plus à la
question.
Imprimer soi-même ses propres LEGO ?
Les possibilités liées aux imprimantes 3D sont quasiment infinies et les
premiers essais de professionnels et particuliers sont plus que concluants :
du simple bol au véritable meuble, tout peut s’imprimer avec une qualité
exceptionnelle.
Ce n’est donc pas étonnant que LEGO s’y intéresse. L’entreprise est, par
essence, liée à la construction, à l’imagination et au plastique. Un exemple ?
Cet enfant de 12 ans qui a inventé une imprimante en braille avec, justement,
des LEGO.
Retour à ma liste d’articles
04-MARS-2014 2/2
John Goodwin, PDG de LEGO, estime en effet que « l’impression 3D est une
innovation fascinante et elle ouvre sans aucun doute de nouvelles possibilités.
Nous sommes en train de regarder cela de très près afin de voir quel potentiel
cela pourrait avoir pour nous ».
Imprimer ses propres figurines ce n’est pas pour tout de suite
Diverses options s’offrent à LEGO : de la possibilité offerte aux passionnés
d’imprimer des briques et des pièces non produites en grande échelle
gratuitement à la possibilité de vendre les projets pour imprimante 3D.
De même, les plus ingénieurs des passionnés LEGO pourraient même donner
vie à des nouvelles figurines et maquettes complétant par-là l’offre LEGO et
offrant aux passionnés comme eux des modèles qui ne verraient jamais le jour
dans les usines officielles.
Mais pour l’instant, il reste le frein du coût des imprimantes 3D dont le prix varie
entre 1 500 et 4 000 euros et ne sont donc pas encore prêtes pour entrer dans
toutes les maisons. Mais cela ne saurait tarder et LEGO sera aux premières
lignes.
Une nécessité pour l'entreprise puisque certains ont déjà commencé à imprimer
des briques Lego avec des imprimantes 3D (preuve que les deux mondes sont
très liés).
Retour à ma liste d’articles
05-MARS-2014
Mega Brands: les profits fondent avant sa
vente à Mattel
Le fabricant de jouets montréalais Mega Brands a annoncé sa vente à
Mattel vendredi dernier avant de dévoiler une forte baisse de son bénéfice
au quatrième trimestre.
Pour la période de trois mois terminée fin décembre, l’entreprise dirigée par la
famille Bertrand a vu son bénéfice net fléchir de près des deux tiers: il est passé
de 4M$ à 1,4M$. Par action, le bénéfice s’est établi à 0,04$, contre 0,01$ l’an
dernier.
Les analystes tablaient dans l’ensemble sur un bénéfice de 0,18$ par action.
Le chiffre d’affaires a pour sa part reculé de 21% pour s’établir à 101,2M$,
comparativement à 127,5M$ à pareille date l’an dernier.
Le manufacturier explique que le contexte a été particulièrement difficile dans la
catégorie des jouets, où les ventes ont chuté de 24%. Le recul des recettes a été
de 3% dans le secteur papeterie.
La société souligne aussi que la comparaison avec les résultats du quatrième
trimestre de 2012 était difficile, étant donné les excellents chiffres publiés l’an
dernier.
Pour l’ensemble de l’exercice, les revenus de Mega Brands ont fléchi de 4%,
tandis que le bénéfice net a augmenté de 25%.
Rappelons que Mega Brands a accepté une offre d’achat de 460M$ du géant
américain Mattel, qui fabrique notamment les poupées Barbie. Lisez notre texte
pour les détails et Mega Brands: les trois principaux gagnants de la vente à
Mattel
Retour à ma liste d’articles
10-MARS-2014
Retour à ma liste d’articles
17-MARS-2014
Retour à ma liste d’articles
18-MARS-2014 1/2
Lego-Playmobil, les nouvelles têtes de l'art
En s'appropriant et en détournant, souvent avec humour, ces figurines pour
enfants, cinéastes, artistes plasticiens et collectionneurs les inscrivent au cœur
de la pop culture.
Trois semaines en tête du box-office aux États-Unis, 945.745 entrées en France
(chiffres du 4 mars): La Grande Aventure Lego n'intéresse pas seulement les
enfants. Depuis que la briquette danoise s'est affranchie de la neutralité de ses
traits (voulue par son créateur «pour permettre aux enfants d'imaginer le
caractère et l'humeur de chaque personnage»), elle inspire les adultes, cinéastes,
artistes plasticiens, galeristes et collectionneurs. Le jouet des 4-10 ans est
devenu un objet de collection. Avec le collectif anglais The Little Artists, le Lego
est entré sur le marché de l'art. Dans leur galerie, icônes du pop art et de l'art
actuel (voir leur site littleartist.co.uk) sont tous en Lego : Andy Warhol,
Marilyn Monroe, Damien Hirst et son requin flottant dans un cube de formol,
Grace Jones, Iggy Pop, ou encore Marilyn Manson. En Lego, le mécène
brésilienne d'art contemporain Sandra Mulliez, pétillante brindille rousse, est une
minuscule figurine aux cheveux orange et faisant la moue. Drôle d'ego. «J'étais
en plein divorce!», justifie-t-elle en riant. Son Lego est une photo à l'instant «T»,
comme le sont ceux de ses enfants et de son ex-mari (fils du fondateur du groupe
Auchan) qu'elle expose, non sans humour, dans son appartement parisien.
Une Madeleine de Proust
«Le Lego, c'est la Madeleine de Proust des amateurs de pop culture
quadragénaires, entre l'enfance et l'imaginaire, qui sont dans la vie des décideurs
n'hésitant pas, comme Franck Riboud, le patron de Danone, à mettre un
Goldorak sur leur bureau», affirme le galeriste parisien Benoît Ramognino. À
l'origine de la première vente aux enchères à succès «Génération jouet: 19601980», chez Boisgirard-Antonini, il prépare «une vente 100 % Star Wars en
décembre 2015», annonce-t-il, et n'exclut pas d'en organiser une autour des
Lego. «Les collectors font un tabac, comme les éditions limitées de livres. D'où
ce réflexe du monde de l'art», poursuit ce professionnel dont la Velvet galerie,
dédiée à la pop culture, expose des tableaux en Lego de Dorothée Brière. Et...
des figurines géantes Playmobil! Car le concurrent de Lego a aussi le vent en
poupe sur le marché de l'art.
Retour à ma liste d’articles
18-MARS-2014 2/2
Marilyn Monroe revisitée en Lego par le collectif anglais The Little Artists. Crédits
photo : The Little Artists
Les deux marques ne jouent pas dans la même cour: 34 milliards de Lego vendus
à ce jour, contre 2,7 milliards de Playmobil. Mais la comparaison flatte les
responsables de la figurine allemande à la coupe au bol, qui fête ses 40 ans au
Musée historique du Palatinat à Spire en Allemagne, jusqu'au 22 juin. Dix
collections privées nourrissent essentiellement cette exposition, dont toute une
salle sur les artistes inspirés par Playmobil. Gudula Osterhoff, 37 ans, a rassemblé
«1 010 Clickys», surnom donné aux premiers «Playmo» parce qu'ils font «clic»
quand on les assemble. Impossible de les mettre tous en scène chez elle. C'est
grâce à des expositions comme celle de Spire qu'elle réalise des dioramas dignes
de miniatures de scènes de vie ou de cinéma. «Je veux provoquer la fantaisie ou
la mémoire. Je ne veux pas collectionner les Playmo pour les mettre en boîte,
mais les montrer, voir ce qui se passe dans la tête des gens quand je crée une
mise en scène», affirme la jeune femme pareille à un Gulliver dans ses décors,
dont les chantiers ont duré jusqu'à soixante-dix heures. «Aujourd'hui, le jeu de rôle
est devenu un jeu d'identification, poursuit-elle. Car les Playmobil sont déjà
prédéterminés». Il en existe plus de cinq cents. Une aubaine pour Richard Unglik,
44 ans, passionné d'art, de cinéma et d'histoire, qui a recréé en Playmobil des
chefs-d'œuvre de l'histoire de l'art: La Joconde, La Cène, Guernica, La Liberté
guidant le peuple, rassemblés dans un «musée imaginaire» qu'il expose
actuellement au château de Chillon, en Suisse (jusqu'au 25 mai).
«J'aime les Playmobil comme Hitchcock devait aimer Grace Kelly. C'est un
casting», affirme cet ex-assistant réalisateur de la série télévisée Commissaire
Moulin. Richard Unglik rêvait de «réaliser de grandes fresques épiques. Si j'avais
fait du cinéma, ça aurait été Goya», dit-il. «Puis un matin de mes 30 ans, je me
suis réveillé en imaginant Le Radeau de la Méduse, de Géricault, en figurines
Playmobil. Et j'ai compris que j'avais la clef». Dès lors, Unglik imagine des livres,
édités par Casterman, à l'esthétique très cinématographique, illustrés de
photographies de Playmobil prêtés par l'entreprise allemande ou des
collectionneurs. Son dernier album, sorti en octobre 2013, pénètre chez Sherlock
Holmes: c'est Le Chien des Baskerville. Désormais, Richard Unglik voudrait
aussi sortir du rayon jeunesse. «Je voudrais faire Guerre et Paix, de Tolstoï. Le
Playmobil permet d'aborder des sujets graves». En attendant, son prochain livre
sera sur l'histoire du rock. Soutenu par La Galerie d'Edgar, à Paris, il vend aussi
des tirages numérotés de ses photos numériques (autour de 300 euros) utilisées
pour ses livres, en édition limitée.
Retour à ma liste d’articles
19-MARS-2014
Retour à ma liste d’articles
19-MARS-2014
Retour à ma liste d’articles
21-MARS-2014
Guillaume Innocenti remplace Pierre Laura
à la tête d'Hasbro France
Ancien directeur général de Kimberly-Clark France, Guillaume Innocenti
prend la direction générale d'Hasbro France. Il remplace à ce poste Pierre
Laura, également président de la Fédération française des industries jouet
puériculture (FJP), qui fera jouer ses droits à la retraite à la fin de ce mois
de mars. Des élections devraient être organisées pour la présidence de la
FJP en avril prochain.
Le jouet reprend son train-train
Fin de partie pour Pierre Laura : le directeur général d'Hasbro France également président de la Fédération française des industries jouet puériculture
(FJP) - prendra à la fin de ce mois de mars une retraite grandement méritée
après... près de 35 ans chez Hasbro ! Pour remplacer cette figure historique du
monde du jouet, Hasbro a choisi Guillaume Innocenti, ancien de Kimberly-Clark
dont il a dirigé la filiale française de 2008 à 2012.
Redevenir numéro 1 du jouet en France
A 41 ans, Guillaume Innocenti pilotera désormais Hasbro France, qui regroupe
219 salariés. Ce diplômé de l'Edhec a commencé sa carrière chez Colgate
Palmolive avant d'entrer en 2002 chez Kimberly-Clark en qualité de "customer
business unit manager". Promu directeur marketing en 2006, il devient en 2008
directeur général de la filiale française du groupe américain. En 2012, il est
nommé directeur général "private labels Europe" chez Kimberly-Clark, un poste
qu'il quitte fin 2013 pour rejoindre Hasbro.
"Mon ambition est de conduire Hasbro France à la place de n°1 du marché
français, en puisant dans ce qui, aujourd'hui, fait la force et la différence de notre
société : nos marques emblématiques et incontournables ainsi que la passion et
l'expertise de nos équipes", explique Guillaume Innocenti. Alors qu'Hasbro a
perdu le leadership du jouet en France l'an dernier au profit de Mattel, ce
nouveau challenge promet de relancer la bataille sur le marché.
Retour à ma liste d’articles
22-MARS-2014
Guillaume Innocenti Dg d’Hasbro
Guillaume Innocenti prend la direction générale d’Hasbro France et ses 219
salariés et sera aux manettes des marques Monopoly, Transformers, My Little
Pony, Play-Doh… Il remplace à ce poste Pierre Laura, qui vient de consacrer ces
35 dernières années à cet univers. Guillaume Innocenti vient de Kimberly-Clark où
il était general manager private labels Europe après avoir été responsable de la
France jusqu’en 2012 en tant que directeur général.
Retour à ma liste d’articles
24-MARS-2014
Retour à ma liste d’articles
25-MARS-2014
Une PME tricolore détrône Hasbro sur le
marché français des jeux de société
Par Denis Cosnard
C'est l'histoire d'une bande de copains qui s'ennuient en cours, passent leurs
week-ends à jouer, décident d'en faire leur métier, créent leur société… et
finissent par détrôner le leader du marché ! Une histoire digne d'Amazon ou
de Google, mais 100 % made in France. Cette ascension, c'est celle
d'Asmodée, l'éditeur de Jungle Speed, Time's Up ou encore Dobble.
Fondée en 1995 par quelques passionnés emmenés par Marc Nunès,
l'entreprise vient de se hisser, moins de vingt ans plus tard, au premier rang
des jeux de société et des cartes de type Pokémon dans l'Hexagone. « Nous
sommes les trublions du secteur », résume son actuel président, Stéphane
Carville.
CHASSÉ-CROISÉ
Depuis des années, le marché français, évalué entre 250 millions et 300
millions d'euros par an, était dominé par Hasbro avec des jeux aussi connus
que Monopoly, Cluedo ou La Bonne Paye.Mais, en 2013, le champion
américain et leader mondial a perdu sa couronne.
Sa part de marché a été ramenée d'environ 28 % à 19 % en deux ans. Celle
d'Asmodée a plus que doublé dans le même temps, passant de 11 % à 24 %,
selon les données de la société d'études NPD.
Au terme de ce chassé-croisé, la PME de Guyancourt (Yvelines) domine
clairement le marché français, devant quatre concurrents étrangers : les
américains Hasbro et Mattel, le néerlandais Goliath et l'allemand
Ravensburger.
« DES JEUX DYNAMIQUES, FUN, DIFFÉRENTS »
Retour à ma liste d’articles
25-MARS-2014
Guillaume Innocenti : Directeur général
d'Hasbro France
BIOGRAPHIE
Guillaume Innocenti est né le 28 mars 1972.
FORMATION
1992-95 : diplôme de l'École des hautes études commerciales du nord (EDHEC).
ETAPES DE CARRIÈRE
2002-06 : customer business unit manager au sein de Kimberly-Clark.
2006-08 : directeur marketing de Kimberly-Clark.
2008-12 : directeur général de Kimberly-Clark France.
2012-13 : directeur général "private labels Europe" de Kimberly-Clark.
Depuis 2014 : directeur général d'Hasbro France.
RÉALISATIONS
Guillaume Innocenti est le directeur général d'Hasbro France, où il dérige une
équipe de 219 salariés.
Après avoir entamé sa carrière au sein de Colgate-Palmolive, il rejoint KimberlyClark au poste de "customer business unit manager" en 2002.
Il devient directeur marketing au sein du groupe américain en 2006, puis directeur
général de sa filiale française en 2008.
Entre 2012 et 2013, Guillaume Innocenti assure la direction générale "private
labels Europe" au sein Kimberly-Clark, un poste qu'il quitte fin 2013 pour rejoindre
la filiale française d'Hasbro, une firme spécialisée dans la production de jeux et
jouets qui propose une large gamme de produits et services de loisirs.
Retour à ma liste d’articles
26-MARS-2014
Asmodée joue et gagne!
La PME francilienne est devenu l'an dernier leader français du jeu de
société, détronant le géant américain Hasbro, éditeur notamment du
Monopoly ou du Cluedo.
Asmodée © Asmodée
Asmodée c'est l'entreprise qui a lancé Time's Up, Doddle ou Jungle Speed, des
jeux devenus best-sellers.
Asmodée c'est surtout une histoire digne d'Amazon ou de Google explique Le
Monde.
La société est née en 1995 autour de quelques passionnés de jeux de sociétés
qui ont misé sur une idée : la création de jeux simples, courts, pas plus de
quelques minutes, une demi-heure maximum par partie. 80 jeux sont ainsi
lancés chaque année, longuement testés en amont et commercialisés d'abord
dans des réseaux spécialisés, quelques magasins qui assurent ensuite le
bouche à oreille.
Cela permet de limiter les coups de lancement, quelques centaines de boites
éditées, et de développer ensuite uniquement les jeux qui ont reçu le meilleur
accueil et qui vont alors se retrouver dans les rayons des grandes enseignes.
En parallèle, Asmodée s'est assurée d'autres revenus importants en distribuant
des produits d'autres éditeurs, par exemple les cartes Pokémon. Aujourd'hui,
l'entreprise compte 170 salariés et espèrent bien poursuivre son développement
hors de nos frontières. C'est en tout cas l'objectif du nouvel actionnaire
majoritaire, le fond d'investissement français Eurazeo.
Retour à ma liste d’articles
31-MARS-2014
Retour à ma liste d’articles
02-AVRIL-2014
Mega Brands: 74 millions à partager après la
vente à Mattel"
La famille dirigeante de Mega Brands (T.MB) obtiendrait plus de 74 millions de
dollars dans le cadre de la vente de l'entreprise montréalaise de jouets au géant
Mattel, encore assujettie à l'approbation des actionnaires lors d'un vote prévu à la
fin du mois, indique une circulaire d'information de la compagnie.
Le président Victor Bertrand, qui a créé la compagnie il y a près de 50 ans,
recevrait 41 millions de dollars pour ses 2,3 millions d'actions. Le chef de la
direction, Marc Bertrand, obtiendrait 18,4 millions de dollars, tandis que le chef de
l'innovation, Vic Bertrand Jr toucherait une somme de 14,9 millions de dollars.
Les actionnaires de Mega Brands se prononceront le 23 avril sur l'offre d'achat
amicale de Mattel qui doit être conclue aux environs du mois de juin, mentionne la
circulaire de quelque 200 pages.
Mattel offre 17,75 $ CAN en espèces par action et 39 cents par bon de
souscription, ce qui représente une valeur de 460 millions $ US, incluant la dette
nette. Le plus important fabricant de jouets au monde a déjà le soutien de
détenteurs de 39 pour cent des actions de Mega Brands, incluant la famille
Bertrand et Fairfax Financial (T.FFH), qui a investi dans l'entreprise montréalaise
alors qu'elle peinait à se relever de l'impact des rappels de l'un de ses jouets
magnétiques.
La transaction annoncée le 28 février entraînerait la vente de l'entreprise
canadienne fondée en 1967, qui était devenue le chef de file des jouets de
construction préscolaire.
L'approbation des deux tiers des actionnaires de Mega Brands et d'une majorité
d'actionnaires excluant Marc Bertrand et Vic Bertrand Jr est requise.
Les frères Bertrand se partageraient 1,74 million de dollars pour les actions et les
bons de souscription que chacun détient, mais la plus grande partie des paiements
proviendrait des conditions de leurs contrats, des options d'achat d'actions
acquises, des unités d'actions différées et des unités d'actions restreintes.
L'entente avec Mattel prévoit de rétribuer les deux frères comme consultants
pendant un an, et les empêcherait de travailler pour un concurrent sur une période
de trois ans.
Retour à ma liste d’articles
07-AVRIL-2014
Retour à ma liste d’articles
10-AVRIL-2014
Retour à ma liste d’articles
10-AVRIL-2014
Playmobil, la marque allemande de jouets,
fête ses quarante ans
http://fr.euronews.com/2014/04/10/playmobil-la-marque-allemande-de-jouets-feteses-quarante-ans/
C’est une des marques de jouets les plus appréciées des enfants : le fabricant
allemand Playmobil fête cette année ses quarante ans.
C’est en Bavière dans le sud de l’Allemagne que Playmobil finit ses modèles qui
sont fabriqués sur l’ile de Malte et assemblés ensuite dans les usines tchèque et
espagnole du groupe.
L’allemand est un des rares fabricants à ne produire qu’en Europe.
Depuis 1974, 2 milliards sept cent millions de figurines sont sorties de l’usine
bavaroise. En 2013, Playmobil qui emploie 4.000 personnes dans le monde et
vend dans 100 pays a réalisé un chiffre d’affaires de 612 millions d’euros.
Le marché français est le deuxième marché du groupe derrière l’Allemagne. A
eux deux, les marchés alllemands et français représentent 65% de l’activité de
Playmobil.
Si en Allemagne, Playmobil occupe la deuxième place derrière l‘éternel rival Lego
le danois, c’est le contraire en France.
Dans un monde technologique qui évolue de plus en plus vite, le fabricant
allemand compte toujours sur la simplicité de ses personnages pour laisser place
à l’imagination des enfants
Retour à ma liste d’articles
14-AVRIL-2014
40 ans d'histoire "Playmobil" au musée du
jouet
Le musée du jouet de Moirans-en-Montagne accueille une collection inédite. 2500
playmobils vous attendent. Nostalgie...
Les "Playmobil" fêtent leurs 40 ans . La collection exposée à Moirans appartient à
une Alsacienne, collectionneuse passionnée.
On compte 2,7 milliards de playmobils vendus depuis la création de la marque.
C'est autant que la population de la Chine et de l'Inde réunies.
http://franche-comte.france3.fr/2014/04/14/40-ans-dhistoire-playmobil-au-museedu-jouet-459019.htmlhttp://franche-comte.france3.fr/2014/04/14/40-ans-dhistoireplaymobil-au-musee-du-jouet-459019.html
Retour à ma liste d’articles
17-AVRIL-2014
Mattel : dans le rouge au premier trimestre
Mattel, le géant américain du jouet, annonce ses résultats du premier trimestre.
Le Groupe affiche une perte de 11,2 M$ (0,03$ par action), contre un bénéfice de
38,5 M$ (0,11$ par action) un an avant. Les ventes chutent de 5% à 946,2 M$.
Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 0,09$, pour des
revenus de 952,9 M$. Le résultat opérationnel ressort à 6,2 M$, contre 65,8 M$
sur la même période de l'exercice précédent. Les ventes de la marque Barbie
chutent de 14%, et celles de Fisher-Price reculent de 6%.
Le titre recule de 1% en pré-séance à Wall Street.
Retour à ma liste d’articles
17-AVRIL-2014
Hasbro : solide rentabilité
Hasbro, le géant américain du jouet, a annoncé pour son 1er trimestre 2014
des revenus en croissance de 2% à 680 M$, avec une progression de 5% à
l'international et une hausse de 21% dans la catégorie filles. Le bénéfice
opérationnel ajusté a augmenté de 10% et le bénéfice net ajusté a atteint
18,6 M$, soit 14 cents par titre sur une base diluée. Le consensus était de 10
cents de bénéfice par action et 690 M$ de chiffre d'affaires.
Le bénéfice net consolidé trimestriel est ressorti à 32,1 M$ soit 24 cents par
titre, contre une perte de 6,7 M$ et 5 cents par action un an plus tôt.
Retour à ma liste d’articles
24-AVRIL-2014
Retour à ma liste d’articles
29-AVRIL-2014
Retour à ma liste d’articles
30-AVRIL-2014
Retour à la
liste de
thèmes
Nom du
support
Titre de l’article
Date de
parution
Actubaby
Nathan Jeux investit le marché Jeux éducatifs
pour les bébés à partir de 12 mois
03-Mars
Le nouvel
Observateur
Marketing de genre, "Lego" roses et dentifrice
pour hommes
08-Mars
Actubaby
Le salon Baby s’associe à la première édition
de La Grande Semaine de la petite enfance
10-Mars
Actubaby
L’utilisation des tablettes pour les 1-6 ans
17-Mars
Linternaute.com
Les princesses aussi peuvent devenir
ingénieurs
14-Avril
Actukids
Hasbro se donne les moyens de garder Furby
sur les premières marches des ventes de
jouets en 2014
14-Avril
Actukids
Les jeux de société résistent aux jouets
électroniques
17-Avril
Actukids
Les peluches sont les jouets les plus vendus à
Pâques, suivi des oeufs, selon la Grande Récré
17-Avril
Les Echos
Les jeux de société sont-ils ringards ?
18-Avril
Figaro
Spider-Man une aubaine pour le marché du
jouet
30-Avril
Retour à ma liste d’articles
03-MARS-2014
Retour à ma liste d’articles
08-MARS-2014 1/5
Marketing de genre, "Lego" roses et dentifrice pour hommes
Pour conquérir de nouveaux marchés, les marques n’hésitent pas à cibler
spécifiquement les hommes ou les femmes. Jusqu'à la caricature ?
Un petite fille devant un rayon de poupées (AFP)
Bas du formulaire
Andréa, Mia, Olivia, Stéphanie, Emma, et leurs animaux "trop mignons" n’en
finissent pas de défrayer la chronique. A priori, rien de sulfureux chez ces minipoupées spécialement conçues pour évoluer dans le monde merveilleux des
briquettes en plastique de la marque Lego. Le hic, c’est que cette nouvelle
gamme baptisée "Friends", lancée en janvier 2012, vise délibérément un public
féminin et ne lésine pas sur les codes du genre pour toucher sa cible. Les
boîtes de jeu déclinent à l’envi toutes les nuances du rose, les figurines sont
plus réalistes et moins cubiques qu’à l’ordinaire, taille fine, poitrine légèrement
marquée, cheveux onduleux. Et les thèmes choisis -club d’équitation, clinique
vétérinaire, salon de beauté…- surfent à loisir sur les tendances du moment en
matière de goût pour filles.
Charlotte veut "partir à l’aventure"
En France, tant que le débat sur le "genre" n’était pas venu semer la pagaille
dans les écoles françaises, d’innocents parents se sont précipités sur cette
nouvelle gamme aux couleurs acidulées (globalement un des thèmes les plus
populaires de la marque tout pays confondu). Et ont rangé les toutes nouvelles
constructions Lego aux côtés des cuisines équipées et autres poupées Barbie
de leur progéniture féminine, ravie. Malheureux ! Aux Etats-Unis, les féministes
n’ont pas tardé à accuser le groupe danois de contribuer à l’apartheid des
sexes. Le pic de l’indignation semblant atteint en début d'année lorsqu’une
petite Charlotte envoya à Lego –avec cette touchante écriture mal assurée
propre aux enfants de 7 ans- une missive l’implorant de faire plus de "Lego"
filles qui pourraient "partir à l’aventure" et non pas "rester assise à la maison,
aller à la plage ou faire les boutiques".
Retour à ma liste d’articles
08-MARS-2014 2/5
Des études sur 3000 filles dans le monde entier
Chez Lego, on avoue être tombé de l’armoire en découvrant l’ampleur de la
polémique : "Avant de nous lancer, nous avions fait des études auprès de 3000
filles dans le monde entier pendant des années pour comprendre comment
développer au mieux les produits Lego en leur direction, explique le directeur du
service Design produit de Lego Friends. Et d’insister sur le fait que les briquettes
roses ne sont pas moins créatives que les autres productions de la marque !
Plus tard le bleu deviendra le gris…
Certes ! Mais à y regarder de plus près, tout ce rose qui dégouline des rayons
fillettes des magasins de jouet n’est-il pas stigmatisant ? "Depuis les années 50 et
l’invention du rose et du bleu, on sait que les codes couleur sont essentiels en
marketing", décrypte Babette Leforestier, auteur d’un Blog hilarant sur le
marketing après avoir créé et dirigé pendant plus de 16 ans le Marketing Book de
TNS Sofres. "Plus tard, continue-t-elle, le bleu deviendra pour les hommes le gris,
le chromé, le noir…". Rien de dérangeant a priori. Sauf que derrière ces codes
visuels rabâchés jusqu’à la caricature se cachent aussi des stéréotypes moins
innocents : "C’est flagrant dans les pubs pour les parfums où les femmes ont
toujours des gestes doux, sensuels, caressants… tandis que les hommes sont
'bruts' ou associés à des étalons", relève l’ancienne directrice marketing en
s’agaçant de voir que des ficelles aussi grosses sont toujours aussi efficaces.
Aux femmes les petites bagnoles
Dans la plupart des publicités automobiles, aussi, le marketing de genre fait
rarement dans la dentelle. Les constructeurs ont évidemment intégré que les
femmes conduisaient tout autant que les hommes et que la moitié d’entre elles
achetaient même seule leur future voiture. Mieux, ils savent parfaitement qu’elles
sont largement décisionnaires au moment de l’acte d’achat. Et pourtant, les
stéréotypes sexuels continuent d’avoir la vie dure dans cet ancien bastion de la
virilité. Aux femmes donc les petites bagnoles qu’elles conduisent cheveux au
vent, aux hommes les grosses berlines bien carrossées, les 4X4 vrombissant ou
même les voitures familiales pour balader fièrement sa joyeuse progéniture.
Retour à ma liste d’articles
08-MARS-2014 3/5
Le marketing est tour à tour macho ou féministe
Doit –on pour autant considérer le marketing de genre comme l’expression du
sexisme le plus honteux ? "Evidemment pas !" répond Elisabeth Tissier-Desbordes,
professeur au département marketing d'ESCP Europe. "Par contre, nuance t-elle, le
marketing, en se focalisant sur un phénomène et en le grossissant, a tendance à
renforcer les stéréotypes sociaux. Et être tour à tour macho ou féministe. C’est un
vrai cercle vicieux !" En gros, il ne faut pas demander à la publicité de changer le
regard que les individus portent sur eux mêmes ou d’offrir une vision philosophique
du monde. Ce n’est pas son rôle. "Par contre, précise la spécialiste, s’il ne veut pas
rater sa cible, le marketeur a tout intérêt à définir avec finesse ce qui relève de la
féminité ou de la masculinité dans un produit".
Il y a peu de produits limités par la biologie
Dans cet optique, le marketing de genre présente un double intérêt : il permet de
toucher au mieux sa cible, en surfant avec subtilité (ou pas) sur les stéréotypes liés
au sexe mais aussi d’explorer de nouveaux marchés, de les segmenter. Car hormis
les soutien-gorge ou les serviettes hygiénique, il y a finalement assez peu de
produits limités par la biologie. Séduire les femmes avec des produits réputés
masculins est relativement facile. On admet qu’une femme puisse se saisir d’une
perceuse ou pose seule un parquet (comme dans une pub récente pour les
magasins Leroy Merlin). Et personne ne pousse des cris d’orfraie lorsqu’une petite
fille joue avec les figurines Star Wars de la marque danoise. A l’inverse, séduire des
hommes avec des produits considérés comme féminins est une autre paire de
manche.
Retour à ma liste d’articles
08-MARS-2014 4/5
Le succès du Coca Zéro
Deux exemples font école en la matière et viennent facilement aux lèvres des
professionnels du marketing : le boom des cosmétiques pour hommes dans les
années 90 et l’invention du Coca zéro (début 2007). "On avait un marché de la
beauté essentiellement féminin mais un marché saturé", raconte Elisabeth
Tissier-Desbordes. "Pour attirer les hommes, il a fallu jouer non pas sur le ‘désir
de plaire’, de ‘prendre soin de soi’, mais sur la valorisation, l’expertise." Un pari
réussi par Nivea for men ou Men Expert mais impossible à réaliser pour une
marque comme Lancôme, perçue comme très féminine. Même problème avec le
Coca Cola light, essentiellement prisée par la gente féminine. D’où l’idée de
cibler essentiellement les hommes et de créer un nouveau packaging qui
valoriserait leur virilité: le Coca Zéro. Et là, bingo ! "Ils ont vraiment fait du
marketing de genre", décode, admiratif, Michel Reynard, directeur marketing du
Département Quali-stratégique de TNS Sofres. "Il y a évidemment la couleur
noire, mais aussi la disparition du mot 'light' ou 'sans sucre', trop connoté
féminin." Pourtant, ce professionnel goûte peu le marketing du genre et trouve la
formule un peu confuse et trop polémique, sans rapport avec la réalité du
marché. "Il y a évidemment un marketing sexué, reconnaît il, le marché de la
beauté, ou, hélas, celui de la lessive. Mais l’on sait aussi que les hommes et les
femmes ne raisonnent pas de la même manière en terme d’achat. C’est une
évidence et la démarche Lego ne me choque pas une seconde !". Et demain ? Le
marketing pourra-t-il casser les stéréotypes du genre et s’adresser de la même
manière aux hommes et aux femmes, sans a priori ?
Des produits sans genre
En 2011, la papesse américaine du marketing, Faith Popcorn, prédisait la
disparition du "gender marketing" à la faveur de produits "sans genre" combinant
les valeurs masculines et féminines, tel l’iPhone d’Apple, un bijou de technologie
au design ultra léché ! Cette tendance à l’homogénéisation de certains marchés,
comme celui de l’ iPhone, ou même des monospaces, n’a pas échappé à Michel
Reynard. Mais à ses yeux, celle-ci n’est qu’une tendance parmi d’autres : "Ce
que j’observe personnellement, c’est plutôt le désir d’être distingué, individualisé
comme sujet unique parmi la foule. Et marquer fortement son identité sexuelle va
plutôt dans ce sens."
Retour à ma liste d’articles
08-MARS-2014 55
Redonner le sourire aux hommes
Un discours qui devrait séduire Unilever. En janvier de cette année, le groupe
néerlandais d’agro-alimentaire et de cosmétiques a lancé sur le marché un
dentifrice spécialement conçu pour les hommes sous la marque Signal : White
now men. Une première mondiale ! Tube habillé de noir, goût puissant, ce
nouveau dentifrice promet la blancheur éclatante et instantanée grâce à une
technologie brevetée : le blue light. "On est parti du constat que les hommes
avaient les dents plus jaunes que les femmes pour des raisons
comportementales (alcool, tabac…) » explique avec enthousiasme Delphine
Leroyer, chef de produit Signal, pour justifier l’intérêt d’un dentifrice dont l’utilité
aurait pu nous échapper. Une fois ce constat scientifiquement établi, ne restait
plus qu’à établir la réalité d’un marché. Et bien oui, ces messieurs ont non
seulement manifesté le désir de plus de blancheur mais ont aussi revendiqué des
goûts différents de leur compagne ! A la fin du mois de mars, les publicités pour le
"White now men" devraient débarquer sur nos écrans. "En gros, on veut montrer
qu’avec un beau sourire et des dents bien blanches l’homme séduit sur son
passage un peu malgré lui", dévoile la chef de produit. Sans préjuger du résultat
final, il est probable que la campagne du "White now men" fasse à nouveau
grincer les dents des féministes.
Corinne Bouchouchi
Retour à ma liste d’articles
10-MARS-2014
Retour à ma liste d’articles
17-MARS-2014
Retour à ma liste d’articles
14-AVRIL-2014
Les princesses aussi peuvent devenir
ingénieurs
Cette nouvelle campagne de publicité met en scène une fillette déguisée en
princesse... qui s'amuse avec des jeux de construction !
La marque de jouet GoldieBox lance une nouvelle publicité originale intitulée
"This is Your Brain on Engineering". Spécialisée dans les jouets de construction,
elle veut ouvrir le marché des jeux intellectuellement stimulants aux filles et en
fait son cheval de bataille.
Vêtue d'un costume de fée... Et d'une blouse de laboratoire, une petite fille
accompagne le spectateur. " Ceci est votre cerveau " commence-t-elle, un œuf à
la main. Tout au long du spot, l'œuf se voit balader grâce à une construction
ingénieuse réalisée par la jeune fille avec les jouets GoldieBox. Déplorant des
faits tels que "À 7 ans, les filles commencent à perdre confiance en elle en ce
qui concerne les maths et les sciences" ou "À 13 ans, la moitié des filles ne sont
pas satisfaites de leur corps", la vidéo veut lutter contre les jeux genrés en
prouvant que les femmes sont autant capables que les hommes d'élaborer des
constructions.
En vantant les mérites du métier d'ingénieur (métier en croissance, salaire
confortable) le spot publicitaire conclue que "les femmes ne sont pas que des
princesses, elles sont notre meilleure ressource"
http://www.linternaute.com/actualite/magazine/plus-de-femmes-ingenieurs-avecles-jouets-goldiebox.shtml
Retour à ma liste d’articles
14-AVRIL-2014
Retour à ma liste d’articles
17-AVRIL-2014 1/2
Les jeux de société résistent aux jouets
électroniques
Le marché a progressé de 5 % en 2013, un record depuis cinq ans. A l’image
du Mille Bornes, les jeux se sont adaptés en écourtant les parties.
Leader mondial du secteur, Hasbro n’a cessé de faire évoluer son Monopoly.
Dernière déclinaison, le Monopoly Empire, sorti en 2013 - DR
Le Mille Bornes se fait un nouveau look. A l’occasion de ses soixante ans, ce
grand classique du jeu de société a modernisé son graphisme pour séduire les
jeunes générations. Plus de 10 millions d’exemplaires ont été vendus depuis le
premier modèle fabriqué en 1954 par Edmond Dujardin dans le sous-sol de sa
maison d’Arcachon. En plus de la version classique, TF1 Games, qui a racheté les
éditions Dujardin en 2007, a décidé de lancer un modèle « Fun & Speed », avec
de nouvelles règles et de nouvelles cartes.
« Avec ce format nomade, nous visons les adolescents, précise Corinne Derudder,
directrice générale TF1 Games. Il y a plus d’interactivité dans le jeu et une partie
peut se jouer en quinze minutes. » Un grand plan média va accompagner cette
relance. Il s’est vendu 370.000 Mille Bornes l’an dernier, contre 200.000 en 2007.
« Notre objectif est d’en faire une marque mondiale, alors que 80 % des ventes se
font en France. Nous allons relancer le Mille Bornes dès cet été aux Etats-Unis. »
Le jeu n’y était plus distribué depuis 2010. TF1 Games vient aussi de signer un
contrat pour l’exporter en Espagne et en Allemagne.
Retour à ma liste d’articles
17-AVRIL-2014 2/2
Tradition française
Le Mille Bornes se classe aujourd’hui au 8e rang des jeux de société en France.
Son succès est à l’image de celui du marché dans son ensemble. L’an dernier,
celui-ci a progressé de 5 %, à 343 millions d’euros, avec 21 millions de boîtes
vendues. Alors que le marché du jouet, lui, stagnait (+ 0,7 %). « C’est la meilleure
progression depuis 2009,souligne Frédérique Tutt, expert chez NPD. La France
est le pays d’Europe où les jeux de société sont le plus vendus. Un héritage
peut-être lié à la tradition du tarot et de la belote, la racine des jeux familiaux. »
Mais, pour faire face à la déferlante des tablettes, les industriels ont dû
s’adapter. Asmodée , une jeune société fondée en 1995, a contraint les grands
à se remettre en question, en proposant des jeux plus modernes. En 2013, son
Dobble a été le plus vendu en France. Mais le Monopoly (et ses déclinaisons)
reste la première marque. Cette référence, qui va fêter ses quatre-vingts ans, a
été revue au fil des années par Hasbro, le champion mondial des jeux de
société, comme le Cluedo, lancé en 1949, ou le Trivial Pursuit (1979). « Le jeu
doit être un reflet de la société. Le Monopoly est passé à l’euro, puis à la carte
bancaire. Et, l’an dernier, nous avons lancé un Monopoly où on achète des
marques, et plus des rues, précise Christine Pagani, directrice marketing
d’Hasbro France. Les parties ont aussi été écourtées. « Aujourd’hui, on joue de
plus en plus et partout. Mais on n’a pas forcément le temps d’engager de longue
partie. Du coup, il a fallu simplifier les règles », poursuit-elle.
Trente minutes suffisent désormais pour le Monopoly Empire. Nouveauté pour ce
Noël 2014, My Monopoly : cette fois, les photos des proches ou celles de
maisons familiales pourront être imprimées sur les cases. « Un cadeau beaucoup
plus personnel », souligne Christine Pagani.
Pour créer le buzz, Asmodée a lancé une chasse au trésor, pour les vingt ans de
Jungle Speed. Un site livre chaque semaine des énigmes pour retrouver d’ici à
fin juin un totem en or caché en France : plus de 10.000 visiteurs l’ont déjà
consulté. Une façon de remuer le marché.
Dominique
CHAPUIS
Retour à ma liste d’articles
17-AVRIL-2014
Retour à ma liste d’articles
18-AVRIL-2014 1/2
Les jeux de société sont-ils ringards ?
Le Monopoly et le Cluedo ne sont pas morts. Et d’autres jeux "made in
France" font aussi de la résistance. Comment les jeux à l’ancienne
résistent face au numérique ?
A l’heure des tablettes et des smartphones, on se disait que les jeux de
société qui avaient déjà souffert de la concurrence des consoles de jeux
vidéo allaient finir par disparaître. Et bien pas du tout. Les jeux de sociétés
vont bien et on voit même un jeu comme le 1000 Bornes qui fête ses 60 ans
aujourd’hui repartir à l’assaut du public. Comment expliquer ce
dynamisme
?
C’est vrai qu’il y a un côté contre-intuitif. On se dit qu’en ce nouveau siècle très
numérique, les bons vieux jeux de cartes, de dés ou de plateaux comme on dit
ont un aspect ringard qui les condamne. Et bien pas du tout. Ce marché se porte
très bien, l’an dernier, il a même progressé de 5 %, à 343 millions d’euros, avec
21 millions de boîtes de jeu vendues. C’est la meilleure progression depuis 2009.
C’est une belle performance car dans le même temps le marché du jouet lui
dans son ensemble stagnait (+ 0,7 %). Alors n’enterrons pas trop vite les jeux de
société.
Comment
expliquer
ce
dynamisme
?
Il y a sans doute d’abord un côté culturel. En France, pays du tarot et de la
belotte on a toujours aimé les jeux de cartes conviviaux. Ensuite, c’est vrai
qu’avec un iPad on peut passer son temps tout seul, on peut devenir prisonnier
d’un numérique ludique. Mais l’avantage du jeu de société c’est que c’est
justement une distraction que l’on partage. C’est un moyen de mélanger les
générations, de faire s’asseoir autour d’une table les parents, les enfants et
même les grands-parents. C’est une manière de brise l’isolement. Du coup, les
parents aiment acheter des jeux pour avoir quelque chose à partager avec leurs
enfants. On a pas envie de s’asseoir autour d’une table avec son fils juste pour
manger ou faire ses devoirs. Les jeux c’est aussi l’occasion de passer un bon
moment ensemble et ça les éditeurs de jeu l’ont bien compris. Et puis enfin, un
jeu de société ça coute beaucoup beaucoup moins cher qu’un jeu vidéo. C’est
un divertissement très abordable.
Retour à ma liste d’articles
18-AVRIL-2014 2/2
Est-ce que les éditeurs de jeux cherchent à innover ?
Oui ils cherchent surtout à se moderniser, à être plus en phase avec le monde
d’aujourd’hui. C’est vrai que la partie de Monopoly ou de Richesses du Monde
qui dure 2 heures ça n’est plus vraiment adapté. Pour séduire, les nouveaux jeux
sont devenus plus simples. Les règles ne doivent pas être compliquées. Les jeux
sont aussi devenus plus courts. Il vaut mieux faire trois parties d’une demie
heure qu’une partie d’une heure et demie. Les jeux enfin sont devenus plus
transportables. Ca tient dans une petite boîte en métal que l’on peut ouvrir dans
un parc ou dans un train. Il faut multiplier les occasions de jouer.
Et à qui profite ce nouveau boom des jeux de société ?
Ca profite bien sûr au géant du jouet Hasbro qui possède des jeux aussi
mythiques que le Monopoly, le Cluedo ou Risk. Hasbro s’en tire très bien et met
aussi l’accent sur la modernisation. Le Monopoly est passé à l’euro, à la carte de
crédit… On passe toujours par la case prison mais on peut aussi personnaliser
le plateau en mettant les images des maisons familiales à la place de la rue de
la Paix. Mais il ne faut pas croire qu’Hasbro contrôle tout. Derrière le géant il y a
le français Asmodée, un petit éditeur indépendant qui est devenu très grand
puisqu’il contrôle un quart du marché du jeu de société français. Il distribue
les cartes Pokemon mais il a surtout inventé des jeux rigolos et rapides comme
le Dobble. Un jeu qui s’est vendu à 700.000 exemplaires en dix ans. Et puis il y a
des groupes qu’on soupçonne moins. Savez-vous par exemple qui se cache
derrière le Mille Bornes qui s’est déjà vendu à 10 millions d’exemplaires et qui
repart aujourd’hui à l’assaut du public… C’est TF1 qui a racheté les jeux
Dujardin en 2007. On est très loin de la télé mais au moins c’est un produit qui
peut s’exporter. TF1 n’est pas très populaire aux Etats-Unis mais le Mille
Bornes va lui retenter l’aventure américaine cette année.
Par DAVID BARROUX
Retour à ma liste d’articles
30-avril-2014 1/2
Spider-Man, une aubaine pour le marché du jouet
Le succès de la licence Spider-Man devrait doper le marché du jouet
français. Avant même le lancement en salles du film The Amazing SpiderMan: le destin d'un héros, ce mercredi, l'homme araignée se hisse déjà à la
troisième place des ventes de figurines d'action.
La sortie, ce mercredi, sur les écrans des dernières aventures de l'homme
araignée (The Amazing Spider-Man: le destin d'un héros) devrait faire le
bonheur des fabricants et distributeurs de jouets. Avant même le lancement du
film en salles,Spider-Man
se hisse déjà à la troisième place des ventes de figurines d'action, sa catégorie
phare, selon le groupe NPD, un des leaders mondiaux des études de marché.
Avec plus de 265.000 jouets vendus depuis le début de l'année, le super héros
bleu et rouge est la septième meilleure licence sur le marché total du jouet
français.
Côté fabricants, les grands gagnants devraient être des poids lourds
comme Lego (briques de construction) et Hasbro (figurines, déguisements…)
qui ont consacré plusieurs gammes entières à l'homme araignée. Mais les
autres ne sont pas en reste, tous désireux d'obtenir une part du gâteau: de
Clementoni (ordinateurs, tablettes) à Lansay (jeux de société) en passant par
Majorette (circuits, jouets radiocommandés), ou Mondo (trottinette, ballons
sauteurs, piscines gonflables…). L'électronique n'est pas en reste avec Lexibook
(appareil photo) et Logitoys (talkies-walkies).
Tous les temps forts de l'année ont déjà été anticipés puisque des trousses et
cartables (Giochi) sont prévus pour la rentrée scolaire, de même que des
meubles de jardin (Marvel) pour l'été et des kits pour goûters d'anniversaire
(Manège). Même le calendrier de l'Avent (IMC) est déjà commercialisé chez
King Jouet! Outre les figurines d'action qui sont des produits de licence
classiques, le lance-fluide devrait figurer parmi les best-sellers en magasins.
Hasbro l'a ressorti des cartons pour l'occasion.
Retour des jouets pour garçons
Retour à ma liste d’articles
30-avril-2014 2/2
Mais si Spider-Man devrait occuper le devant de la scène dès le
printemps, il partagera la vedette avec d'autres personnages. Car 2014 est
résolument l'année des superhéros: après «Captain America» et «SpiderMan», les films «Xmen» et «Transformers» sortiront en salle en mai et fin
juillet. De quoi ravir les amateurs d'action. «Le segment des jeux d'action
va bénéficier de cet engouement pour les figurines que l'on observe déjà
dans nos chiffres (+3% à date)», indique Frédérique Tutt, spécialiste des
jouets chez NPD. Les jeux de construction ne devraient pas être en reste:
la gamme Super Héros de Lego qui combine à la fois les licences Marvel
et Warner Brothers affiche une croissance insolente de 97% depuis le
début de l'année.
«Il est intéressant de noter que les trois figurines les plus vendues en ce
moment (n°1, Tortues Ninja, n°2, Avengers, n°3, Spiderman) sont toutes
liées à une actualité cinématographique forte, poursuit Frédérique Tutt. Le
film “Tortues Ninja” prévu pour octobre prochain a déjà fait pas mal de
bruit avec le lancement de la bande annonce officielle le mois dernier.
“Captain America” fait un tabac depuis sa sortie et cela se retrouve dans
les ventes de figurines avec la propriété Avengers propulsée en première
position dès les deux semaines précédant la sortie du film. “Transformers
4”, dont la sortie en salle est prévue pour juillet, ne manquera pas non plus
de générer un intérêt chez les garçons, petits ou grands.»
NPD s'attend à un succès similaire pour les jouets à l'effigie de SpiderMan qui devrait ravir la première place au moins temporairement aux
Tortues Ninja. Cet engouement devrait s'installer dans la durée jusqu'à la
fin de l'année grâce à l'immense notoriété de l'homme araignée, selon
NPD. Si le retour des superhéros devrait doper les jouets pour garçons
(alors que 2013 a plutôt été marqué par le succès de gammes plutôt
ciblées pour les filles), il pourrait aussi accélérer la croissance du marché
du jouet, prévoit NPD.
Keren Lentschner
Retour à
la liste de
thèmes
ENSEIGNES
Nom du support
Actubaby
Actubaby
Titre de l'article
Noukie’s
Le plus grand Legostore de France a ouvert ses
portes au cœur de Disney Village
Sortiraparis.c Le 1er dressing virtuel de Barbie aux Galeries
om
Lafayette
JouéClub poursuit le développement de son offre
Actukids
avec trois nouvelles marques en nom propre
Date de
parution
24-Mars
31-Mars
09-Avril
22-Avril
Retour à la liste d’articles
24-MARS-2014
Retour à la liste d’articles
31-MARS-2014
Retour à la liste d’articles
09-AVRIL-2014
Le 1er dressing virtuel de Barbie aux
Galeries Lafayette
Du 11 au 19 avril 2014, Barbie donne rendez-vous à toutes les fashionistas
en herbe aux rayon jouet des Galeries Lafayette pour un évènement inédit
: une cabine d’essayage virtuelle. On vous explique...
Avis à toutes les fans de la célèbre poupée Barbie : elle s'installe du 11 au 19
avril aux Galeries Lafayette et propose aux petites filles et mamans
nostalgiques de venir créer leurs tenues idéales et d'être prises en photo
avec leur look virtuel, à côté d'elle.
Direction le dressing, dans le rayon jouet du grand magasin, où les fillettes
pourront choisir virtuellement une tenue parmi de nombreux modèles, ainsi que
les petits accessoires qui vont bien avec. Look chic, street ou rock'n roll...
chacune compose selon son style. Jean, dentelles, gilet imprimé panthère ou
encore le perfecto font partie des incontournables du dressing de toutes
fashionistas qui se respectent ! A l'heure de la mode du Do it yourself, les filles
pourront même créer des pièces uniques en collant des stickers à l'aide d'un
fer à repasser sur les vêtements ! Elles pourront aussi s'improviser apprentiescoiffeuses et orner les cheveux blonds de leurs poupées avec des tatouages
scintillants !
Retour à la liste d’articles
31-MARS-2014
Retour à la
liste de
thèmes
Nom du
support
Titre de l’article
Date de
parution
IphoneSoft
Deux robots intelligents pour Apple, destinés aux enfants
21-Mars
Actubaby
Biberon en verre pour les parents qui aspirent un retour
au naturel
24-Mars
Métro
Hasbro lancera une nouvelle version du Monopoly
25-Mars
Actukids
Bandai désire faire de la propriété Monchhichi un produit
incontournable dans la catégorie peluche
26-Mars
Actukids
Asmodée fête les 20 ans de Jungle Speed avec
différentes opérations de communication et une édition
limitée
27-Mars
S
Actualités
Cure de rajeunissement en vue pour le Monopoly
27-Mars
Actubaby
Bandai désire faire de la propriété Monchhichi un produit
incontournable dans la catégorie peluche
31-Mars
20
minutes.fr
Monopoly fait appel à ses joueurs pour intégrer de
nouvelles règles
01-Avril
Figaro.fr
Le mobile donne un nouvel essor aux jeux de société
06-Avril
Actukids
Tommy met en avant ses jouets à l’image du train
Chunggington à travers un enrichissement important de
sa gamme StarckTracks
08-Avril
Le point.fr
Les cinq nouvelles règles du Monopoly
09-Avril
20
Minutes.fr
A Pâques, les Pokémon sonnent les cloches
17-Avril
Actukids
Crayola mise sur la relance de sa gamme Color Wonder
pour 2014
22-Avril
Actukids
Pac man et les Aventures de fantômes
25-Avril
Retour à la liste d’articles
21-MARS-2014
Deux robots intelligents pour Apple,
destinés aux enfants
Trouver des jouets intelligents qui plaisent aux enfants n'est pas toujours aisé.
Avec les deux robots pour iPad, Bo et Yana, l'apprentissage du code pourrait
vraiment devenir amusant.
Grâce à un développement pensé de façon très pédagogique, les plus petits
dès cinq ans pourront commencer à programmer tout simplement grâce à
une application compagnon, avant de passer au langage visuel à 8 ans, puis
au code à 12 ans pour développer des applis.
En plus d'être capable de se reconnaître entre-eux, ces robots seront
compatibles avec les briques Lego, Lego Technics et Mindstorms
http://iphonesoft.fr/2014/03/21/deux-robots-intelligents-apple-destines-auxenfants
Ces deux robots de Play-i coûtent $228 réunis, soit 59 dollars pour Yana et
$169 pour Bo. Livraison prévue pour Noël 2014.
Retour à la liste d’articles
24-MARS-2014
Retour à la liste d’articles
25-MARS-2014
Hasbro lancera une nouvelle version du
Monopoly
PAWTUCKET, États-Unis – Hasbro sait que les adeptes du Monopoly ont inventé
des règles — allant de la co-propriété jusqu’à la collecte d’argent en arrêtant sur
la case «stationnement gratuit» — qui leur sont propres
Alors le fabricant laissera ses «amis» Facebook décider des prochaines règles
«maisons» acceptées dans les prochaines versions du célèbre jeu créé il y a 79
ans. L’an dernier, Hasbro avait ajouté un chat aux pièces et retirer le fer.
L’entreprise a aussi sorti une version comprenant une banque électronique,
d’autres ayant des thèmes particuliers.
De mardi au 3 avril, les adeptes pourront aller sur la page Facebook de Monopoly
pour débattre de 10 règles affichées. Les plus populaires se retrouveront dans la
version «Règlement maison» du jeu qui sortira cet automne. Elles seront aussi
disponibles dans le guide de la version classique du jeu, même si les règles ne
seront pas officiellement changées.
Hasbro, qui fabrique aussi des jouets comme les Transformeurs et les Nerf, a
revigoré son département des jeux, en sortant des nouvelles versions des
classiques comme Monopoly et Scrabble ou des jeux électroniques. L’entreprise
a affiché de bons résultats lors de son plus récent exercice financier, ses revenus
provenant des jeux s’élevant de 10 pour cent à 1,31 milliard $.
L’action de Hasbro a glissé de 36 cents, mardi, pour terminer la séance à 54,59$.
Retour à la liste d’articles
27-MARS-2014
Retour à la liste d’articles
26-MARS-2014
Retour à la liste d’articles
27-MARS-2014
Cure de rajeunissement en vue pour le
Monopoly
Vous souhaitez un Monopoly plus moderne avec des règles qui vous
ressemblent ? Hasbro, fabricant du populaire jeu, a pensé à vous. Dès le 3
avril, rendez-vous sur la page Facebook de Monopoly et voter sur 10 nouvelles
règles affichées.
Photo : Scott Olson/Getty Images
Par exemple, seriez-vous intéressé à sous-louer des maisons ou les vendre en
copropriété ? Aimeriez-vous doubler votre salaire en passant GO ? Voudriezvous que vos actifs soient bloqués lorsque vous vous retrouvez en prison ?
C’est au public de décider.
Le fabricant Hasbro répond ainsi à la demande des admirateurs, qui
souhaitent moderniser les règles, 79 ans après la création du jeu de société.
Dès cet automne, la nouvelle version du Monopoly sera disponible.
L’an dernier, Hasbro avait ajouté un chat aux pièces et décidé de retier le fer.
L’entreprise a également commercialisé une version comprenant une banque
électronique.
Cliquez ici pour visiter la page Facebook du jeu.
Sources : NRJ Info, melbybuzz.fr
Retour à la liste d’articles
31-MARS-2014
Retour à la liste d’articles
01-AVRIL-2014 1/2
Monopoly fait appel à ses joueurs pour
intégrer de nouvelles règles
JEU - Hasbro, l’éditeur du célèbre jeu, vous donne la possibilité d’y inclure
vos propres règles et de voter pour celles que vous avez envie de voir dans
les prochaines notices…
L’année dernière, grâce à un vote sur Facebook, les internautes fans du
Monopoly ont décidé de dépoussiérer le jeu en se débarrassant du pion fer à
repasser et en adoptant un pion chat. Un an plus tard, Hasbro, l’éditeur du jeu de
société, a décidé de lancer un nouvel appel sur le réseau social auprès de ses
11 millions d’abonnés, cette fois-ci pour modifier les règles du Monopoly.
Débat jusqu’au 3 avril
«L’opération consiste à interroger la communauté de fans sur les règles
dites «maison», qu’on invente, qui ne sont pas dans la notice officielle, explique
à 20 Minutes Sylvaine Gomez, chef de groupe jeux de société chez Hasbro.
C’est quelque chose qui va venir en plus des règles que l’on connaît
déjà.» L’éditeur va retenir les cinq règles maison les plus discutées, débattues et
argumentées sur Facebook d’ici le 3 avril et les intégrer dans le jeu qui sortira à
la rentrée de septembre.
Parmi les règles non officielles qui ont été proposées jusqu’à maintenant,
figurent «Jamais deux sans trois: si trois joueurs se suivent sur trois cases
différentes, chacun gagne 500 M», «Super départ: Vous atterissez pile sur la
case Départ? Doublez votre salaire. Gagnez 400 M au lieu de 200 M», ou
encore «On s’entraîne? Vous devez faire un tour complet du plateau avant de
pouvoir acheter des propriétés».
Retour à la liste d’articles
1-AVRIL-2014 2/2
Le Monopoly doit «rester moderne»
«On s’est tous créé nos propres règles, l’idée c’est de permettre aux fans de
pouvoir les partager, de manière à ce que le jeu évolue, indique Sylvaine
Gomez. Le Monopoly est le reflet de la société et c’est important qu’il reste
moderne, actuel.» Au moment du passage à l’euro, le jeu a changé de monnaie
également, rappelle-t-elle en guise d’exemple.
Le Monopoly, qui consiste à s’enrichir et à ruiner ses concurrents par des
opérations immobilières, fêtera ses 80 ans en 2015. Selon Hasbro, il reste le jeu
le plus vendu en France. Près d’un demi-million de boîtes sont vendues chaque
année dans l’Hexagone, toutes versions confondues. Sylvaine Gomez précise
que la version classique est «indiscutablement la version la plus vendue».
Retour à la liste d’articles
06-AVRIL-2014
Le mobile donne un nouvel essor aux jeux
de société
INTERVIEW - Certains ont déjà été vendus à des millions d'exemplaires à travers
le monde mais continuent de faire un carton. Quelle est la recette miracle de ces
jeux emblématiques pour durer ? Réponse avec Christine Pagani, directrice
d'Hasbro France qui édite plusieurs hits du secteur.
Comment un jeu parvient-il à perdurer à travers les générations?
Christine Pagani: Les jeux de société portent bien leur nom: ils font partie de la
société. Ils doivent donc s'adapter à ses évolutions, refléter les tendances de
celle-ci. Ils doivent évoquer quelque chose pour les nouveaux consommateurs.
Comment susciter cette connexion?
Les modes de vie changent. L'une des manières de se renouveler est d'être
disponible sur plusieurs supports, comme le Monopoly par exemple. Aujourd'hui,
les consommateurs jouent davantage parce qu'ils peuvent jouer n'importe où,
n'importe quand grâce au mobile. Un autre axe est de coller aux aspirations des
nouveaux consommateurs. Monopoly a récemment sorti une version centrée sur
de grandes marques, qui cible surtout les préados. Ils se retrouvent dans cet
univers, c'est la preuve que le jeu s'adapte à son époque.
Certains sont vendus à des millions d'exemplaires...
C'est la force de la communauté. Les éditeurs essayent d'associer les fans aux
nouvelles éditions, comme c'est le cas pour les nouvelles règles du Monopoly qui
seront choisies par les internautes eux-mêmes. Jusqu'au 3 avril, ils doivent
choisir parmi des règles «maison» proposées par des joueurs du monde entier
celles qui seront ensuite ajoutées aux règles officielles du jeu. Il y a une relation
affective entre les fans et le jeu. En 2013, lorsqu'une rumeur disait que la case
«prison» disparaîtrait du Monopoly, cela a suscité une indignation sans précédent
chez les joueurs! Les nouvelles plateformes permettent d'entretenir cette
communauté et d'inciter aux échanges entre membres, alors que le jeu est déjà
vecteur d'échanges transgénérationnels.
Les versions sur consoles ou mobile menacent-elles les jeux traditionnels?
Au contraire, il n'y a pas de cannibalisation d'une version par rapport à une autre.
Les versions mobile des jeux d'Hasbro sont entièrement gratuites pour toucher
un public plus large et elles n'ont aucune influence négative sur les ventes des
Retour à la liste d’articles
08-AVRIL-2014
Retour à la liste d’articles
09-AVRIL-2014
Les cinq nouvelles règles du Monopoly
Après un débat sur Facebook, l'éditeur du célèbre jeu de plateau apporte
quelques changements. De quoi pimenter le cours des parties !
Le Monopoly évolue ! Hasbro, l'éditeur du célèbre jeu de plateau, a décidé
d'inclure cinq nouvelles "règles maison" dans son Monopoly Classique. La
sélection a été réalisée via la page Facebook du jeu, où les 11 millions de fans
ont été invités à poster les règles avec lesquelles ils avaient l'habitude de jouer.
Pas avare en autocongratulations, Hasbro affirme que son Monopoly "s'impose
plus que jamais comme le jeu le plus représentatif de la société d'aujourd'hui".
Les nouvelles boîtes seront commercialisées à partir de début 2015, et les
joueurs garderont le choix de jouer avec ou sans les nouvelles "règles maison".
Voici les cinq nouvelles "règles maison" du Monopoly :
- Parking gratuit, fortune garantie. Si vous tombez sur la case Parc gratuit,
vous récupérez l'argent des impôts et des amendes rassemblé au milieu de
plateau.
- Super départ. Vous atterrissez pile sur la case départ ? Doublez votre salaire.
Gagnez 400 au lieu de 200 M (la monnaie du Monopoly).
- Lancer chanceux. Vous venez de faire un double 1 ? Gagnez 500 M.
- Actifs bloqués. Une fois en prison, vous ne pouvez pas toucher vos loyers.
- On s'entraîne ? Vous devez faire un tour complet de plateau avant de pouvoir
acheter des propriétés.
Retour à la liste d’articles
17-AVRIL-2014 1/2
A Pâques, les Pokémon sonnent les cloches
JOUET - Marre des œufs en chocolat à Pâques? Demandez aux cloches de
vous apporter des cartes Pokémon…
Les Pokémon… «attrapez-les tous!», comme le dit la chanson du générique de la
série d’animation. Ce n’est pas qu’un slogan, mais l’objectif de tout dompteur de
Pokémon, dans le jeu vidéo où il s’agit de capturer ces gentils monstres pour les
faire évoluer. Et dans le jeu de cartes à collectionner (JCC), où il s’agit d’en
amasser le plus grand nombre…
Depuis presque vingt ans, l’engouement pour le JCC ne faiblit pas. «Ce sont
même les seuls jouets qui ne connaissent pas de chute des ventes hors des
périodes de fêtes, affirme Franck Mathais, analyste à la Grande Récré. La
semaine qui précède Pâques, on assiste même à une progression de 20 à 30 %,
car les pochettes de cartes sont idéales pour les chasses aux œufs… Les raisons
d’un tel engouement? «Un prix accessible, comme les billes ou les Lego, mais
avec un univers puissant et travaillé, auto entretenu par les films d’animation, les
jeux vidéo, et le lancement régulier de nouvelles séries de cartes», explique
Franck Mathais.
Certaines sont rares, d’autres puissantes
A chaque série, son lot de cartes rares, que l’on convoite pour sa collection, ou
plus puissantes, que l’on s’échange pour gagner des combats à la récré… Les
règles du jeu sont d’autant plus complexes que chaque groupe d’enfants a
tendance à l’adapter à sa façon.
Le dernier lancement remonte au 22 février. Pour la première fois, les Pokémon
de «type fée» des jeux vidéo X et Y sont apparus. Pour plaire aux filles? «Les
fées, qui font partie de l’univers des contes et légendes depuis toujours, ne
donnent pas forcément un caractère plus féminin à l’histoire, relativise Yves
Cogniard, le directeur général d’Asmodee, la société qui édite les cartes
Pokémon. Mais si les filles, qui ne représentent que 15 % des amateurs de cartes,
s’y intéressent un peu plus… tant mieux.»
Retour à la liste d’articles
17-AVRIL-2014 2/2
Les Pokébox sont 1er du top 20
Autre nouveauté notable: les «méga-évolutions», qui «s’appliquent sur des
Pokémon déjà évolués pour leur donner une apparence inédite de superPokémon, dépassant les 200 points de vie», précise fièrement Yves Cogniard.
Car c’est un triomphe. Les ventes de starters (boîtes en carton de 60 cartes), de
boosters (pochettes de 10 cartes) et de Pokébox (boîte en métal avec quatre
boosters et une carte ultra-rare dite «Ex») se sont envolées. «Les Pokébox sont
premier du top 20 et les autres sont depuis plusieurs semaines dans le top 3
des ventes en valeur, ce qui représente un volume énorme», souligne Franck
Mathais. On compte en effet 60.000 starters et plus de 100.000 boosters
vendus depuis un mois.
Et à raison d’une centaine de cartes différentes éditées tous les trimestres, ce
sont plusieurs milliers de cartes qui circulent depuis vingt ans. Clairement, les
Pokémon, on n’est pas prêt de tous les attraper…
http://www.20minutes.fr/culture/1355121-a-paques-les-pokemonsonnent-les-cloches
Retour à la liste d’articles
22-AVRIL-2014
Retour à la liste d’articles
25-AVRIL-2014
Retour à la
liste de
thèmes
Nom du support
Titre de l’article
Date de
parution
Les Echos
La Chine face à l’inéluctable
hausse des couts de production
22-Avril
Retour à la liste d’articles
22-AVRIL-2014
LES ECHOS
Retour à la
liste de
thèmes
Nom du
support
Titre de l’article
Date
Actubaby
L’institut de mamans et la Fédération JouetPuériculture créent le baromètre Puériculture
21-Mars
Actubaby
Baromètre des marques préférées des
mamans
31-Mars
Actubaby
Bbchoo.com se présente comme la première
« marketplace » des futurs et jeunes parents
31-Mars
Actubaby
Le prochain salon Kidexpo accueillera un
espace innovation dédié aux produits pour
bébés
31-Mars
Actubaby
Les premières années de vie du bébé ont une
grande importance dans le développement de
ses comportements alimentaires
07-Avril
Actubaby
Dodie prévoit une croissance d’au moins 20%
de son chiffre d’affaires sur les deux
prochaines années
14-Avril
Actubaby
La marque de puériculture Kiddy s’engage
auprès de l’association SOS Préma
14-Avril
Actubaby
La licence Sophie la girafe désormais
présente sur le marché des cosmétiques pour
bébés
22-Avril
Le 13h de la
Com
Lego France met en ligne un site pour jeunes
parents
29-Avril
Retour à la liste d’articles
• 21-MARS-2014
Retour à la liste d’articles
• 31-MARS-2014
Retour à la liste d’articles
• 31-MARS-2014
Retour à la liste d’articles
• 20-JANVIER-2014
Retour à la liste d’articles
• 07-AVRIL-2014
Retour à la liste d’articles
• 31-MARS-2014
Retour à la liste d’articles
• 14-AVRIL-2014
Retour à la liste d’articles
• 14-AVRIL-2014
Retour à la liste d’articles
• 22-AVRIL-2014
Retour à la liste d’articles
• 10-FEVRIER-2014
Lego France met en ligne un site pour
jeunes parents
Lego France, filiale du géant des jouets de construction, a mis en ligne un tout
nouveau site de brand content pour les jeunes parents: Lego Créativité. Créé,
développé et géré par l'agence Grey Paris, ce dernier a pour vocation d'être un
support pédagogique, démontrant à grand renfort d'experts le rôle prépondérant de
la créativité dans le développement des enfants. Il relaiera également des
opérations contextuelles, telles que des jeux ou opérations de communication,
ainsi que l'ensemble des actualités de la marque.
https://www.youtube.com/user/LEGO
Descargar

Revue de presse - Fédération Française des Industries Jouet